inédits

Lundi 13 mars 2017 1 13 /03 /Mars /2017 08:00

"Pater noster", # 5

Effectivement, ce l’était. Marc me parla sans ambiguïté alors que nous étions seuls tous les deux, assis au bord du ruisseau : si je voulais aller plus loin avec Isabelle, il me faudrait accepter sa participation active.

- Toi ? Avec ta propre sœur !

- Ma sœur ne m’intéresse pas, dit-il en haussant les épaules. Tu ne comprends pas ? Si tu es d’accord, rendez-vous dans la grange, demain après-midi à trois heures…

pn7La semaine précédente, le foin pour l’hiver avait été rentré dans la grange si bien que l’air y était encore imprégné d’une puissante odeur d’herbe séchée au soleil. C’était aussi capiteux qu’un parfum de fleur tropicale. On se retrouva tous les trois, à l’abri des regards, juchés au sommet du tas de fourrage, juste sous les ardoises tièdes. Pour l’occasion, Isabelle avait mis une courte robe rouge. Alors qu’elle grimpait devant moi à l’échelle qui menait à notre repaire, j’avais entrevu la blancheur fugace de sa petite culotte.

Marc me fit asseoir entre eux deux. Comme nous restions là, empruntés par notre brutale promiscuité, Marc prit l’initiative.

- Qu’est-ce que vous attendez ? Embrassez-vous ! Touchez-vous !

 Je me penchai donc vers le visage d’Isabelle. Nos lèvres s’entrouvrirent, nos langues se rencontrèrent, nos salives se mêlèrent. Elle laissa ma main descendre le long de son cou, déboutonner le haut de sa robe et pétrir ses seins libres sous le tissu. Je ne pris pas garde à la main de Marc posée sur mon genou nu. Isabelle vrillait sa langue dans ma bouche avec volupté, son téton était ferme et grenu comme une mûre sauvage. Je la devinai en train d’écarter les jambes. Pendant ce temps, la main de Marc remontait ma cuisse. La poitrine à l’air, la robe relevée sur ses cuisses ouvertes, Isabelle se laissa tomber en arrière sur la couche de foin odorant. Elle m’abandonnait son ventre. Je bandais avec tellement d’ardeur que lorsque Marc ouvrit mon short et me libéra la bite, ce fut comme un soulagement. De la main gauche, je caressais le sexe dodu d’Isabelle à travers le coton de sa culotte blanche.

Au moment même où je glissais mes doigts sous l’élastique pour toucher la vulve d’Isabelle, Marc me prit en bouche. Je me souviens surtout du poids de sa tête posée sur mon ventre, de la caresse de ses cheveux  puis, plus tard, de la chaleur humide qui enveloppa ma bite. Mais rien ne pouvait me détourner de la chatte d’Isabelle maintenant offerte. Ses lèvres devinrent plus molles, sa salive plus abondante, huileuse et sucrée comme celle qui suintait de son sexe. Tout en me suçant, Marc se branlait. Portant les doigts à son clito, Isabelle se mit aussi à se caresser. Des années plus tard, j’ai vu des scènes comme celle-là, sur des gravures illustrant des œuvres grivoises du dix-huitième siècle, quand on disait encore le foutre ou gamahucher… Chacun de nous était sur son chemin à lui, à la recherche du bonheur de l’instant, de son propre accomplissement… Je crois que c’est moi qui ai joui le premier, lâchant tout dans la bouche de Marc, mais je m’imaginais dans la chatte d’Isabelle. Il avala mon sperme. Après, je ne me souviens plus très bien. Marc a éjaculé, c’est sûr ; il avait gardé ma bite dans sa bouche et je sentis d’accélérer le souffle brûlant de ses narines sur les poils de mon pubis. Quant à Isabelle, elle se branlait toujours, les bords de sa vulve étaient trempés… Peut-être a-t-elle fini par jouir elle aussi…

Pour le tout jeune adolescent que j’étais alors, il était difficile de rêver vacances plus exotiques. De ce jour, les promenades en forêt avec Marc et sa sœur devinrent très excitantes : la pénombre fraîche des épicéas était propice à nos attouchements, aux déshabillages, aux soupirs et aux jouissances redoublées… La profondeur de la forêt se fit complice de nos jeux interdits.pn9

Mais la cure thermale de cinq semaines s’acheva, notre aventure amoureuse aussi. L’année suivante, malgré mes vœux, mes parents louèrent une autre maison, plus modeste, dans un autre village. À ce jour, je ne sais pas ce que sont devenus Marc et Isabelle.

 

- Tu l’as baisée ? demanda Nadine en me donnant sa vulve à contempler.

- Non, elle était vierge.

- Tu aurais pu l’enculer !

- À cet âge-là, je ne savais même pas que ça pouvait se faire !

Nadine sourit. Je tenais fermement la bite de Daniel à la verticale. À genoux au-dessus de lui, Nadine se mit en position et je lui présentai l’engin de Daniel à l’entrée du vagin. Elle se l’enfila jusqu’aux couilles, se cambra au maximum. Des deux mains, Daniel lui écarta les fesses. Nadine tourna la tête vers moi.

 

- Michel, tu peux me la mettre dans le cul.  Tu l’as bien mérité !    

FIN

pn11     

Par michel koppera - Publié dans : inédits - Communauté : Fantasmes et écriture
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 10 mars 2017 5 10 /03 /Mars /2017 08:00

"Pater noster" # 4

Cette histoire avait donné des idées lubriques à Nadine. Confortablement installée dans le fauteuil, elle me regardait astiquer le membre de son mec. Daniel avait les yeux dans le vague.

- Quand tu l’auras bien sucé, tu pourras me prendre par derrière… Ça te dirait ?

La perspective d’enculer Nadine était excitante. Cela faisait des mois que nous baisions tous les trois ensemble et pourtant, je n‘avais pas encore eu le bonheur de la sodomiser. Lorsqu’elle se faisait prendre en sandwich, c’était toujours Daniel qui avait les faveurs de son rectum. Pour s’excuser, elle disait qu’elle était habituée à sa queue fine, alors que mon engin plus épais lui faisait un peu peur. De son cul, je ne connaissais donc que l’amertume des plis sombres de sa boutonnière secrète où je dardais la langue, entre ses fesses écartelées.

La bite de Daniel avait une autre saveur, plus douce. Elle ne m’emplissait pas la bouche, je pouvais la caresser de la langue, tout autour, en suivant le bourrelet charnu à la base du gland, jusqu’à ce que je lui arrache une sorte de râle et que je sente comme un frisson lui rétracter la peau des couilles…

Cela me rappela l’été de mes quatorze ans, lors de mes premières vacances à la montagne.

 

C’était dans les Vosges, à quelques kilomètres de Plombières. Mon père y suivait une cure thermale. Il s’absentait toutes les matinées et l’après-midi, usé par la maladie, il faisait une longue sieste. Mes parents avaient loué une vaste maison bourgeoise, à l’écart du village, au bord d’un ruisseau. De l’autre côté de la route, il y avait une ferme avec une dizaine de vaches, des poules, un chien de berger. Alentour, ce n’étaient que prairies bordées de forêts épaisses et sombres. Ma mère avait fort à faire pour s’occuper de mon petit frère et de ma sœur qui portait encore des couches, si bien que j’étais livré à moi-même. C’était la première fois que je jouissais d’une si grande liberté et je ne savais trop qu’en faire. À l’exception des promenades en forêt où je n’étais guère rassuré de m’aventurer seul, les distractions étaient rares.

pn8Heureusement, les fermiers voisins avaient deux enfants : une fille de mon âge et un garçon d’un an son aîné. Elle s’appelait Isabelle, lui Marc. Je ne tardai pas à jeter mon dévolu sur Isabelle. Elle était solidement bâtie, avec des cuisses musculeuses et une paire de fesses à faire craquer son short, une poitrine comprimée dans des tee-shirts trop étroits, un visage rond aux cheveux coupés au carré, une bouche bien dessinée, des yeux noisette. Son frère lui ressemblait, en plus costaud. Il rêvait d’une carrière de sportif, athlète ou gymnaste, je ne me souviens pas exactement.

Isabelle se montra très sensible à mes avances. De toute évidence, elle était disposée à se laisser séduire. Au bout d’une semaine d’assiduités, j’avais déjà obtenu des regards entendus, des frôlements de doigts et un furtif baiser sur les lèvres. Tout s’annonçait pour le mieux. Mais lorsque je voulus poser les mains sur ses seins, Isabelle se déroba avec autorité.

- Pour ça, il faut que tu en parles à Marc.

- Comment ça ? Qu’est-ce que ton frère a à voir là-dedans ?

           - Il te le dira mieux que moi. C’est difficile à expliquer…

à suivre...

Par michel koppera - Publié dans : inédits - Communauté : Fantasmes et écriture
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 6 mars 2017 1 06 /03 /Mars /2017 08:00

"Pater noster" # 3

pn5Nos relations auraient pu en rester là, mais Jacques avait apparemment été très satisfait de mes services, aussi usa-t-il d’un habile stratagème pour m’avoir sous la main. Comme les maisons du village étaient encore sous-équipées en installations sanitaires, la municipalité mettait à la disposition des habitants des douches publiques où l’on pouvait, moyennant une très modique contribution, profiter des bienfaits de l’eau chaude. Les enfants de l’école communale avaient droit à une douche hebdomadaire gratuite, ainsi que les joueurs du club de foot après les entraînements. À deux par cabine, fermant au verrou. Je ne sais comment Jacques s’y prit mais toujours est-il qu’il devint mon habituel partenaire de douche. Donc, pendant toute mon année scolaire, je passai chaque samedi après-midi un quart d’heure, nu sous la douche, avec Jacques qui était en classe de Certificat d’Etudes – études qui par ailleurs n’étaient pas son fort !

Dans les premiers temps, je me contentai de le branler, comme je l’avais déjà fait dans la grange. Mais, petit à petit, nous cherchâmes – je dis bien nous – à aller plus loin. Il m’apprit à lui masser les couilles, à lui glisser la main entre les cuisses pour lui caresser l’anus. De son côté, il me tripotait la queue qui maintenant bandait comme une grande, même si sa taille était encore plus que modeste et ses poils inexistants. Il prit l’habitude de se positionner derrière moi, de glisser sa bite enduite de savon entre mes cuisses serrées et d’aller et venir ainsi, jusqu’à jouir. Je n’oublierai jamais la sensation des spasmes de sa bite qui éjaculait, de la chaleur soudaine de son sperme sur la peau tendre de mes cuisses. Il nous arrivait aussi de faire ça assis sur le caillebotis de bois qui tapissait le fond du bac à douche. Je prenais place sur le ventre de Jacques, sa bite tendue à tout rompre jaillissait au bas de mon ventre, comme si ce membre souverain avait été le mien. Alors, je sentais les poils de son pubis qui me caressaient l’entrefesses… Je le branlais à deux mains, vigoureusement, sa bite battant la chamade à côté de la mienne.

Un jour, il me demanda de le sucer. J’étais un peu réticent. En fait, je crois me souvenir que je redoutais de mourir étouffé. Je fis néanmoins preuve de courage. Sa bite m’emplissait effectivement la bouche, mais le plaisir n’en fut que plus intense. Toujours poussé par l’instinct, je lui avais alors enfoncé un doigt dans le cul. Il avait joui dans ma bouche, à gros bouillons. Ça avait un goût aussi fade que l’odeur. J’avais tout recraché… Cela continua ainsi pendant des semaines. Jamais nous n’échangeâmes un mot tendre ou un baiser. C’était juste une relation physique, presque hygiénique. Une sorte de rite d’initiation.pn6

 

À la fin de l’année scolaire, tout cessa brusquement. Je partis en sixième au lycée de la ville voisine ; lui, en apprentissage, très loin. Nous nous perdîmes complètement de vue. J’appris par la suite qu’il s’était marié et avait eu des enfants. Je sais qu’il mourut prématurément d’un cancer… Il buvait et il se disait qu’il était devenu impotent. 

à suivre...

Par michel koppera - Publié dans : inédits - Communauté : Fantasmes et écriture
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 3 mars 2017 5 03 /03 /Mars /2017 08:00

"Pater noster" # 2

pn3Daniel avait une belle queue, droite et élancée. Le gland en était bien dégagé et aussi luisant qu’un casque de pompier cramoisi. Il faut dire qu’elle sortait tout juste de la chatte de Nadine et qu’elle l’avait copieusement enduite de cyprine. Nadine ne boudait pas son plaisir.

- Tu peux lui caresser les couilles, me dit-elle. Il adore !

Lui non plus n’en perdait, si l’on peut dire, pas une goutte. Renversé sur le canapé, les cuisses ouvertes, il m’encourageait par d’amples mouvements du bassin. Les yeux grand ouverts, il me regardait opérer.

- On dirait que tu as fait ça toute ta vie ! plaisanta-t-il alors que je lui massais langoureusement la base renflée du gland.

Nadine mouillait. Sous ses doigts qui pataugeaient au bord de la vulve s’éleva un petit clapotis de plaisir.

- Michel, raconte-nous comment tu as appris.

 

Lorsque j’avais un peu plus de dix ans, mon grand copain de jeux, c’était Didier. Nous étions inséparables et passions le plus clair de notre temps ensemble à faire du vélo, battre la campagne, grimper aux arbres… Didier avait un grand frère, d’environ quinze ans, qui se prénommait Jacques. J’en garde le souvenir d’un grand garçon aux cheveux très noirs et courts, aux épais sourcils. Pour la bande de gamins du village, Jacques organisait parfois, dans une cabane au fond de la cour de leur maison, de petits spectacles de marionnettes qui nous enchantaient… Leurs parents habitaient assez loin de chez moi, un peu à l’écart du bourg.

Par un après-midi ensoleillé du mois d’août, je me rendis chez Didier pour nos jeux habituels, mais je trouvai porte close. Personne ! Je m’apprêtais à repartir lorsque je vis Jacques sortir d’une sorte de grange où leur père entreposait des outils, de la paille et où se trouvaient aussi des clapiers à lapins.

- Tu cherches Didi ? Il est parti à S** avec les parents. Ils ne rentreront pas avant six ou sept heures… T’as un moment ? Il y a des petits lapins qui viennent juste de sortir du nid, tu veux les voir ?pn4

La proposition était engageante : j’emboîtai le pas de Jacques. On entra dans la grange, il y faisait très sombre et chaud. Jacques  me montra les petits lapins, ils étaient vraiment mignons. Je m’apprêtais à m’en aller lorsque Jacques me retint par le bras et me dit à voix basse :

- Si tu veux, je peux te montrer quelque chose d’autre, quelque chose de secret… Mais il faut d’abord que tu promettes d’en parler à personne !

- C’est promis. Promis, juré !

 

Il m’entraîna alors tout au fond de la grange, vers le tas de paille. On s’y installa. Il me fit encore promettre de garder le secret, puis ouvrit son short, le baissa et me présenta sa bite en érection. C’était la première fois de ma courte vie que je voyais une si grosse queue, avec tous ses poils à la racine. J’étais aussi très impressionné par la taille de ses couilles et de son gland tuméfié. Comme je restais là, à regarder, Jacques me saisit la main et la posa sur son sexe. C’était chaud, tendu à l’extrême, vibrant comme un ressort. Presque naturellement, je commençai à le branler. Il me caressait la nuque et les cuisses. Il ne tarda pas à gémir. Inquiet, je retirai ma main : je craignais de lui avoir fait mal… Mais il me demanda de continuer, me dit de ne pas avoir peur, que je pouvais aller plus vite et plus fort. Quand il jouit, son sperme jaillit avec une force incroyable. Il y en eut une giclée qui me retomba sur la main. C’était presque brûlant. Je humai son odeur fade mais intense. Jacques m’expliqua complaisamment que c’était avec cette crème-là qu’on faisait les bébés en la mettant dans le ventre des femmes. Je ne fus pas du tout convaincu par ses explications.

à suivre...

Par michel koppera - Publié dans : inédits - Communauté : Fantasmes et écriture
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 1 mars 2017 3 01 /03 /Mars /2017 08:00

"Pater noster", nouvelle inédite qui devait figurer dans le recueil "Cortisone Climax" dont la parution était prévue en 2006 et qui ne vit jamais le jour... Projet abandonné par l'éditeur.

Pater Noster

pn1 - S’il te plaît, Michel, prends la bite de Daniel et suce-la. Fais ça pour moi, j’en ai tellement envie !

Nadine venait encore de gagner une partie au Trivial Pursuit. Et moi, bon dernier, j’avais hérité d’un gage. C’était très tard dans la nuit. Daniel s’est laissé aller à la renverse sur le canapé. Il bandait. Tout en me regardant droit dans les yeux, Nadine se caressait lentement le clitoris. Alors, de ma main droite, j’ai saisi le sexe raide et chaud de Daniel… D’étranges souvenirs me sont revenus en mémoire.

 

- Bonjour, mon petit Michel. Ça fait combien de temps que tu ne t’es pas confessé ?

- Un mois, monsieur le curé.

- Alors, il a dû s’en passer des choses depuis tout ce temps ! Raconte-moi tout. As-tu commis des péchés ?

- Oui, mon père. J’ai menti à maman : je lui ai fait croire que j’avais mal au ventre pour ne pas aller à l’école, parce que ce jour-là j’étais paresseux. J’ai aussi volé des cerises à l’épicerie, mais pas beaucoup, une petite poignée et elles étaient presque pourries… C’est tout.

- Tu es sûr de ne rien oublier ? Pas de pensées honteuses ?

Je me souviens de l’odeur de sa soutane, une sorte de parfum envoûtant où se mêlaient la naphtaline, l’encens et l’eau de Cologne… Assis à mes côtés, l’abbé C** me prenait par les épaules et se penchait vers moi.

- Parle, n’aie pas peur. Dieu t’écoute, Dieu est amour. Si tu es sincère, il te pardonnera… Alors, pas de pensées honteuses ?

Cela se passait en plein mois de juillet, dans une sorte de niche sombre aménagée en confessionnal sous l’escalier qui menait à l’estrade des grandes orgues. Juste la place pour deux chaises. On n’y tenait même pas debout. Un épais rideau de velours noir nous isolait de la nef. C’était un jeudi matin, jour de catéchisme. Dehors, il faisait grand soleil. Par contre, l’église était plongée dans une obscure fraîcheur. Assis sur les bancs face au maître autel, mes camarades attendaient leur tour.

- Si.

- Plusieurs fois ?

- Oui.

- Parle bas ! Seul l’homme de Dieu doit entendre tes paroles. Et tu te touches ?

Je sens encore son haleine et le souffle de sa voix, tout près de mon oreille, son front qui touchait ma tempe. Il m’enveloppait de son bras gauche passé sur mes épaules, ce bras qui me protégeait tout en me retenant prisonnier. Mes jambes nues étaient glacées.

- Oui, le soir dans mon lit. Je pense à des femmes nues…pn2

- As-tu une petite amie, une amoureuse ?

Il avait posé sa main chaude sur mon genou.

- Oui, elle s’appelle Marie.

- Et avec elle, tu fais des choses ?

- Oui, on joue au docteur : elle me montre son ventre, je lui montre le mien. On se touche aussi…

J’avais onze ans, il en avait peut-être trente, pas beaucoup plus. La chaleur de sa paume remontait ma cuisse. Je me souviens aussi du chapelet luisant de boutons serrés qui fermaient sa soutane, de haut en bas… Sauf cette échancrure où il guidait ma main docile, à la rencontre de sa bite en rut. Je m’en emparais presque instinctivement, sans aucune réticence. J’avais l’impression de toucher le corps caché de Jésus, ce membre invisible et sacré sous le pagne du Christ en croix. Je sentais sous mes doigts sa divine vibration. Qu’il était chaud, plein de vigueur ! L’abbé me caressait haut la cuisse, jusqu’aux couilles qu’il effleurait à peine à travers mon short en nylon. Je le branlais avec entrain sur toute la longueur, fouillant dans le taillis noir de ses poils pubiens, serrant le gland dans la bague de mes doigts. Son front se faisait plus pesant sur ma temps, sa voix plus étouffée encore.

- Mon petit Michel, il faut tout me dire… Dieu te pardonne car tu es innocent et pur. Continue Michel, ne t’arrête pas !

Alors il éjaculait dans l’intimité de sa soutane. Les soubresauts de sa jouissance palpitaient sous mes doigts. J’en devinais la force et l’irrésistible nécessité. Lorsque c’était terminé, il posait sa main droite sur mon front.

 

- Pars en paix, mon enfant. Je te donne l’absolution. Tu réciteras un Je vous salue Marie, en pénitence.

à suivre...

Par michel koppera - Publié dans : inédits - Communauté : Fantasmes et écriture
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 16 septembre 2016 5 16 /09 /Sep /2016 08:00

"Black, blanc, beur", chapitre 10

Alors, Touré a retiré sa bite de ma bouche, Kévin a lâché mes tétons. Il est allé s'asseoir sur le canapé, la bite battant contre son ventre. Slimane a pris la direction des opérations :

-  Grimpe sur le canapé et mets-toi à genoux au-dessus de Kevin.

J'ai obéi. À peine en position en face de lui, Kevin a posé ses mains sur mes épaules pour me forcer descendre mon ventre à la rencontre de sa queue raide qui s'est tout naturellement enfoncée dans mon vagin jusqu'aux couilles; Une fois au fond, il a tendu la bouche pour jouer de nouveau avec mes mamelons.

- Cambre-toi mieux que ça, m'a dit Slimane en me donnant une petite claque sur les fesses. Ouvre bien ton cul.

black30-copie-1On y était. Le contact de son gland sur mon anus  m'a électrisée. Il ne m'a pas donné le temps de dire non. J'étais si ouverte et mouillée que c'est rentré tout seul... Juste une petite douleur et dans les secondes suivantes le bonheur absolu. J'étais comblée. Après quelques instants d'immobilité, ils se sont mis à bouger en alternance comme deux pistons parfaitement synchronisés : un qui rentre, l'autre qui se retire à chaque fois au bord de l'expulsion avant de mieux s'enfoncer de nouveau. Et moi, je me suis mise à jouir à flots continus, à jouir à en perdre la raison. À califourchon sur le canapé, Touré est venu compléter le tableau en me redonnant sa bite à sucer. Kevin et Slimane me labouraient en cadence. Je ne saurais dire lequel des deux a lâché son foutre en premier tant leurs deux bites me semblaient ne faire qu'un tout, appartenir à un même corps. J'ai fermé les yeux et savouré chaque seconde de cette extase pour la graver à jamais dans ma mémoire. Quand ils se sont retirés, j'avais le cul et le con dégoulinants de foutre. Écartelée sur le canapé froissé, j'ai pensé tristement : " C'est fini."

C'était sans compter sur le désir inassouvi de Touré. Il est venu se glisser entre mes cuisses ouvertes et m'a mis son énorme queue en main. Cette sensation a brusquement réveillé ma lubricité. Le tenant fermement, je l'ai attiré vers moi, vers ma vulve engluée de sperme.

- Baise-moi Touré, fais-moi jouir encore...black31-copie-1

Sa formidable bite s'est enfoncée dans mon vagin avec un gargouillis visqueux. Elle était si grosse, si épaisse que j'avais l'impression de me branler avec une aubergine. Mais c'était bon, incroyablement sensuel. Pour le remercier, tout en offrant ma bouche au baiser de ses lèvres épaisses, j'ai passé ma main derrière ses fesses à la recherche de sa splendide paire de couilles que j'ai caressées et massées avec tendresse. Ce geste peut-être nouveau pour lui a eu le don de lui donner encore plus de vigueur. Sa longue tige noire allait et venait dans mon con, m'arrachait des soupirs et des râles d'agonisante. Et j'ai recommencé à jouir, à en pleurer de joie... Quand Touré a éjaculé en moi, les soubresauts de sa queue  ont ébranlé mon utérus et fait naître une pluie de spasmes incontrôlés au fond de mes entrailles.

J'étais anéantie.

.../...

Une heure plus tard, de retour à la maison, j'ai consulté mon portable à la recherche de la fameuse vidéo que Touré avait filmée et que les trois compères avaient menacé d'envoyer à mes contacts. Aucune trace ! J'étais à la fois rassurée et déçue. Rassurée parce que Bertrand ne saurait jamais rien et déçue car j'aurais tant aimé me voir une dernière fois en cougar !

Le lundi suivant, je suis allée chez le garagiste pour qu'il répare mon pneu crevé. À ma grande surprise, lorsque je suis venue récupérer mon Audi, il m'a dit :

- Il n'était pas du tout crevé votre pneu, mais juste dégonflé. À tous les coups c'est l'œuvre de mauvais plaisantins ou de connards qui ont fait ça pour vous emmerder ! De nos jours, il faut s'étonner de rien !

FIN

© Michel Koppera, août 2016

Par michel koppera - Publié dans : inédits - Communauté : Fantasmes et écriture
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 15 septembre 2016 4 15 /09 /Sep /2016 08:00

"Black, blanc, beur", chapitre 9

black29J'ai fait quelques pas en avant et je me suis assise face au trio sur le bord de la table basse, les cuisses très écartées. Ils étaient si proches que je respirais l'odeur forte de leurs virilités en érection. Sans hésiter, j'ai tendu la main droite pour m'emparer de la queue de Touré. Mon dieu, elle était si grosse que ma main ne pouvait en faire le tour ! Tout en le branlant, je l'imaginais déjà dans ma bouche, dans ma chatte, dans mon... Non, cela semblait impossible !

- On ne m'a jamais sodomisée, dis-je en baissant les yeux à la manière d'une vierge effarouchée.

- Tu parles comme les profs ! Alors, comme ça t'es encore un peu pucelle. Ton mari ne t'a jamais enculée ?

- Non. Il a bien essayé deux fois, mais j'ai refusé.

- Ça te faisait mal ?

- Je ne sais pas. J'ai refusé, c'est tout, par peur et par principe. Il n'a pas insisté.

Pendant que je répondais à leur interrogatoire, je sentais la bite de Touré devenir de plus en plus dure dans ma main.

- Enlève ton soutif et ton string et mets-toi à quatre pattes sur la table, a dit Slimane. On va s'occuper sérieusement de ton cul.

J'ai obéi sans broncher. Je me faisais traiter comme une chienne et ça m'excitait. Venu s'agenouiller derrière moi, Slimane m'a écarté les fesses et reniflé la grande raie.

- Tu sens bon. Tu te parfumes aussi la touffe ?

- Oui... avec du Chanel n° 5.

- Putain, c'est classe !black30

Puis il s'est tu, laissant ses lèvres et sa langue s'exprimer à sa place. Il m'a d'abord léché longuement la fente puis sa bouche est montée plus haut, vers mon anus qu'il a commencé par noyer de salive avant d'y pointer sa langue qui s'est lentement enfoncée dans mon rectum. je ne suis cambrée pour m'ouvrir davantage. Quelle merveilleuse caresse ! Pourquoi aucun homme ne m'avait fait ça auparavant ?

Pendant ce temps, Kevin s'occupait de mes seins, de mes grosses loches qui pendaient comme des mamelles de vache laitière. La tête glissée sous mon buste, il me suçait les tétons comme pour me traire. Et puis, juste devant mon visage défait par le plaisir, il y avait la majestueuse bite circoncise de Touré qui attendait que j'ouvre la bouche pour s'y glisser comme dans un vagin. La vue de ses grosses couilles de taureau andalou m'ont rendue folle de désir. J'ai écarté les lèvres et la colonne de chair noire, chaude, vibrante, tendue comme un ressort s'est enfoncée dans ma bouche jusqu'à la luette. À partir de ce moment, j'ai totalement perdu le contrôle de mon corps et surtout de mon esprit.

J'ai pensé que j'étais en tenue de salope intégrale, à quatre pattes dans le salon d'un inconnu, en train de me faire téter les seins par un jeune de banlieue qui aurait pu être mon fils, de tailler une pipe à un black monté comme un âne en rut et de me faire lécher le cul par un Arabe. Nathalie Black-blanc-beur ! Plus j'essayais de visualiser la situation, à la manière d'un spectateur extérieur, plus je me dégoûtais moi-même et plus en même temps je désirais aller au bout de mes fantasmes, convaincue que c'était un moment unique qui ne se représenterait jamais plus. L'image de Bertrand ne traversa aussi l'esprit, le temps de me dire que j'aurais souhaité qu'il soit présent pour me voir prendre du plaisir, lui le mari modèle avec sa bite molle, sa petite bedaine et ses certitudes chef de famille...

black31La grosse queue de Touré m'emplissait la bouche au risque de m'étouffer. Je devais de temps en temps la ressortir pour reprendre haleine, Je lui léchais le gland, caressais la hampe avec la langue, la beurrais de salive et l'avalais de nouveau au plus profond. Entre mes fesses saturées de mouillure épaisse, la bouche et la langue de Slimane poursuivaient inlassablement leur œuvre pour apprivoiser mon cul, me dilater l'anus que je devinais toujours plus souple et consentant. Quant à la bouche de Kevin, elle accomplissait des merveilles au bout de mes seins, à mes mamelons que je sentais longs et gonflés comme de trayons de vache. J'aurais tant aimé lui donner la tétée comme à un nourrisson.

J'aurais voulu que ça ne s'arrête jamais, cependant une fois encore, c'est Slimane qui a changé le cours des événements:

- Elle est prête, a-t-il dit en abandonnant mon cul.

à suivre...

 

 

Par michel koppera - Publié dans : inédits - Communauté : Fantasmes et écriture
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 14 septembre 2016 3 14 /09 /Sep /2016 08:00

"Black, blanc, beur", chapitre 8

Kevin m'a poussé un peu dans le dos pour me forcer à entrer. Un petit appartement aux murs défraîchis et crasseux, un salon avec juste un grand canapé  recouvert d'un tissu très coloré dans le genre africain, une table basse où étaient posées des cannettes de bière, une télé à écran plat dans un coin. Sur le canapé était assis un grand black d'une trentaine d'années dont le visage m'a vaguement dit quelque chose.

- Je vous présente Touré, a annoncé Slimane. C'est lui qui vous a filmée hier...

black27Pour confirmer ses dires, Touré a sorti mon portable de sa poche et l'a posé sur la table basse. Je n'ai même pas esquissé un geste pour m'en saisir et pourtant ce n'était pas l'envie qui me manquait. Mais je savais que je n'étais pas venue que pour ça, qu'ils attendaient autre chose... Slimane et Kevin sont venus rejoindre Touré sur le canapé, me laissant seule debout au milieu du salon.

Je ne quittais pas Touré des yeux, comme hypnotisée par sa bouche aux lèvres épaisses, une bouche dont je ne pouvais m'empêcher de penser que je désirais qu'elle se ventouse à mon ventre pour me sucer la fente et s'abreuver de mon jus intime.

- Montrez-nous ce que vous portez là-dessous ! a ordonné Slimane d'une voix posée mais qui ne souffrait aucune rébellion.

J'ai commencé par ôter mon caraco puis, dégrafant ma jupe, je l'ai laissée glisser le long de mes cuisses et tomber à mes pieds. J'étais maintenant debout devant eux en lingerie et escarpins. Mes seins aux mamelons pointus débordaient avec générosité du soutien-gorge à balconnet et je sentais mes muqueuses vaginales suintantes de mouillure visqueuse.black26

- Vous êtes vraiment une belle salope, a commenté Touré en débouclant son ceinturon pour ouvrir la braguette de son jean.

Sans me quitter du regard, les deux autres l'ont imité.

- Maintenant, caresse-toi ! a poursuivi Touré.

Toujours debout, je me suis peloté d'une main le bout des seins durcis par le désir pendant que de l'autre je me caressais le ventre, pressant mes doigts dans ma fente que je sentais toute moite à travers le tissu presque transparent de mon string.

- Tu mouilles ? a demandé Slimane.

- Oui...

- Tu connais la règle de trois ?

- Bien sûr, quelle question ! C'est de la proportionnalité !

Il a rigolé.

- Je te parle pas des maths, mais de la règle des trois trous : ta bouche, ta moule, ton cul ! Tu comprends ?

black28Ils avaient ouvert leurs braguettes et sorti leurs bites déjà bandantes. Celle de Kevin était bien droite et massive, celle de Slimane  très longue et fine avec un gland luisant, mais la plus belle c'était sans conteste celle de Touré : une énorme bite noire couronnée par un gros gland plus clair, une bite majestueuse et puissante dont la simple vue suffit à m'inonder le ventre.

 

- Trois bites pour tes trois trous, poursuivit Slimane en ôtant son jean. On te laisse le choix de l'organisation.

à suivre...

Par michel koppera - Publié dans : inédits - Communauté : Fantasmes et écriture
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 13 septembre 2016 2 13 /09 /Sep /2016 08:00

"Black, blanc, beur", chapitre 7

black23

Le parking souterrain de la place de la Libération se trouvait au cœur d'un quartier de bureaux fermés le samedi après-midi, si bien qu'il était quasiment désert, et encore plus au troisième sous-sol. Il n'y avait qu'une seule voiture, une vieille Fiat gris métallisé, avec au volant Kevin qui m'attendait.

- Allez, montez, qu'il m'a dit.

À peine assise à ses côtés sur le siège passager, il a reluqué mes jambes en sifflant.

- Waouhh ! Pas mal du tout ! Slimane va être content !

- Vous avez mon portable ?

- Ah, non, désolé ! Mais on va aller le chercher.

- Où ça ?

- Chez celui qui l'a récupéré... C'est simple non ?

black24Il a pris la direction de la banlieue nord, là où je ne vais jamais, là où l'horizon est barré d'immeubles tous plus hauts et plus laids les uns que les autres, là où habitent ceux qui nous servent ou qui sont au chômage. À chaque feu rouge, Kevin me reluquait les jambes, posait la main sur mon genou gauche et me répétait que j'étais vraiment très sexy. Je dois avouer que ce n'était pas pour me déplaire. Comme il me caressait la cuisse j'en ai profité pour tenter d'en savoir plus.

- Vous avez fait beaucoup de film avec mon portable ?

- Un peu.

- Amina sera là ?

- Non, elle est prise.

- Alors il n'y aura que Slimane et vous ?

- Non.

Cette dernière réponse m'a procuré un frisson qui m'a glacé le dos. J'ai instinctivement resserré les cuisses et rabattu ma jupe sur mes genoux.

- Pas de panique ! a repris Kevin en me forçant à écarter de nouveau les jambes. On va chez Touré, c'est tout.

- Touré ? C'est qui ?

- Celui qui s'est servi de votre portable pour réaliser la petite vidéo dans les toilettes du Régent... Faut reconnaître que vous vous êtes donnée à fond ! Surtout quand vous avez léché la chatte d'Amina...black25

Ce doux souvenir apaisa un peu mon appréhension. La voiture s'est enfoncée dans les allées d'une cité puis a plongé dans un sous-sol sombre . Kevin a garé sa voiture dans un parking souterrain encombré d'épaves plus ou moins en état de marche.

- On est arrivés. Suivez-moi.

Une cabine d'ascenseur miteuse aux parois couvertes de graffitis obscènes et de tags mystérieux, un couloir glauque qui empestait le pipi de chat et le graillon, une porte sans numéro, sans nom... Kevin a frappé : deux coups brefs, puis un autre plus lourd. Slimane a ouvert la porte.

- C'est pas trop tôt !

 

Y avait mieux comme formule de bienvenue.

à suivre...

Par michel koppera - Publié dans : inédits - Communauté : Fantasmes et écriture
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 12 septembre 2016 1 12 /09 /Sep /2016 08:00

" Black, blanc, beur", chapitre 6

black22Le lendemain matin, alors que Bertrand était parti comme tous les samedis à sa journée de golf, j'ai reçu un coup de téléphone sur le fixe du salon.

- Madame Nathalie ? C'est Kevin... Vous vous souvenez ? On se disait que ce serait sympa de vous revoir...

- C'est hors de question ! N'y pensez même pas !

- Comme vous voulez... Le problème, c'est qu'on a récupéré votre portable que vous avez oublié hier au Régent... Quelqu'un s'en est même servi pour faire une petite vidéo de vos exploits dans les toilettes.

J'ai senti le sol se dérober sous mes pieds. j'ai jeté un coup d'œil rapide dans mon sac à main : effectivement, mon Iphone n'y était pas.

- Allô, Nathalie ? Vous êtes toujours là ?

- Oui.

- Alors on se disait qu'on pourrait envoyer la vidéo à tous vos contacts, vos enfants, votre mari, vos amis, sans oublier vos collègues de la banque... Ça ferait mauvais genre, vous ne trouvez pas ?

- Qu'est-ce que vous voulez ? De l'argent ? Combien ?

- Pas un centime ! Cet après-midi, on vous attendra vers 15 heures dans le parking souterrain de la Place de la Libération, au troisième niveau. On vous rendra votre portable et vous n'entendrez plus jamais parler de nous...

- Je ne sais pas si je pourrai me libérer...

- C'est vous qui décidez. Ah, un dernier petit détail : Slimane aimerait que vous veniez habillée en cougar.

- Comment ça ?

- Je ne sais pas, je vous répète juste ce qu'il m'a dit... À tout à l'heure !black21

 

Il a raccroché. Je suis restée de longs instants immobile, le téléphone à la main, comme tétanisée. Étrangement, quand j'ai eu repris mes esprits, ce n'est pas la peur du scandale qui m'a préoccupée mais l'idée de m'habiller en cougar. Sans trop savoir pourquoi, j'associais le mot à celui de putain ou plus simplement de salope mature. J'avais lu ça dans un article d'une revue chez le coiffeur. Dans le tiroir de ma commode, j'ai déniché un porte-jarretelles, une paire de bas résille, ainsi qu'un ensemble string et soutien-gorge à balconnet en dentelle noire. Il m'a suffi d'y ajouter des escarpins vernis, une jupe fendue à mi-cuisses et un caraco de soie rose indien bien moulant. En me regardant dans le miroir mural du dressing, j'ai vraiment eu l'impression de voir l'image d'une actrice de film porno signé Marc Dorcel des années 80.

à suivre...

Par michel koppera - Publié dans : inédits - Communauté : Fantasmes et écriture
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Avril 2017
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

Archives

Derniers Commentaires

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés